LES THERMES DACQUOIS MULTIPLIENT LES INNOVATIONS

les cures thermales en hausse en 2016

Lire la suite

L'ASPERGE BLANCHE EST DE RETOUR EN DIRECT DE MAGESCQ

Si les fleurs des pêchers ou les bulletins météo ne sont pas toujours très fiables pour nous assurer de la pérennité des belles journées, il est un indice infaillible pour annoncer l’arrivée du printemps : la pointe blanche des asperges de sable. Elle demande une vigilance attentive au moment de la pousse

Sur les terres de la ferme Lafitton (1), route d’Herm, à Magescq, cela fait déjà quelques semaines que la récolte a commencé. On s’active pour la vente, mais aussi pour le plus grand bonheur d’une clientèle fidèle. « Nous attendions le panneau annonçant la date de l’ouverture de la saison avec impatience », s’exclame un couple de curistes de Dax, venu spécialement à Magescq pour ramener chez eux, en Saône-et-Loire, quelques bottes de ce petit délice printanier dont raffolaient les Grecs, les Romains, mais aussi les Égyptiens. Ils donnaient des asperges en offrande à leurs dieux.

Cinquante ans de production

Chez les Lafitte, le sol étant idéal pour l’asperge, celles-ci sont cultivées depuis trois générations. Après Jean et Odette, aujourd’hui, ce sont Hélène et Pascal avec le fiston Thomas (en cours d’installation), qui ont repris le flambeau de la culture. Ils fêtent, cette année, les cinquante ans de production d’asperges blanches en vente directe. C’est en famille que le ramassage s’effectue tous les jours manuellement, de façon artisanale, avec une gouge.

Une fois cueillies, les asperges sont lavées, triées, calibrées et emballées. Jusqu’au 5 juin, la production est réservée à la vente directe, aux particuliers, petits commerces, ainsi qu’aux restaurateurs qui dénotent un attachement durable à l’asperge de Magescq. « Une façon de valoriser le produit. C’est une vraie satisfaction de voir les clients revenir année après année », se réjouissent Hélène, Pascal et Thomas.

(1) Ferme ouverte tous les jours en saison de 14 h 30 à 19 h 30. Tél. 05 58 47 70 60 et 06 73 82 48 94.

 

 

0 commentaires

L'HOTEL SPLENDID NOUS ANNONCE SA RENAISSANCE PROCHAINE PREVUE EN MARS 2018

ECONOMIE | Le Splendid Hôtel de Dax renaît bientôt

27/01/2017 | Le plafond lumineux du grand hall sera démonté en avril pour être nettoyé et rénové avant la réouverture en mars 2018

Splendid

Qu'il semble loin le temps où les toreros s'habillaient de lumière dans les chambres art-déco du Splendid Hôtel avant les corridas du 15 août. Le temps du faste, des longues heures dans le fumoir à refaire le monde, des dîners de l'ultime soir des fêtes à attendre les artificiers sur l'Adour... Peu à peu l'hôtel a périclité jusqu'à fermer en 2013 avec la fin de la Compagnie thermale de Dax. Mais ce lieu emblématique est en train de renaître en quatre étoiles, 149 chambres, restaurants et spa ludique. Balade en plein travaux dans ce bijou patrimonial, avant la réouverture prévue en mars 2018.

 

Difficile d'imaginer le chantier que représente la rénovation du Splendid derrière ses arcades et ses portes trop longtemps closes. Un bâtiment inscrit aux monuments historiques de 16.000 m2 !

Splendid

L'architecte Sandrine Frais (agence bordelaise Kapzul) résume bien l'enjeu de cette réhabilitation colossale qui s'inscrit dans un projet de développement local privilégiant le tourisme bien-être et le tourisme d'affaires (salle de séminaires, réunions...) : « il a fallu jouer entre le contemporain et le patrimonial pour réussir à plonger le Splendid dans le XXIe siècle avec un petit côté rétro années 30 ». Les quelques chambres-témoins déjà quasi-prêtes dans des tons plus chics les unes que les autres, attestent de cette résurrection : les portes, leurs poignées, les grands placards avec tiroirs à chaussettes ou les radiateurs en fonte ont été conservés, mais les salles de bains, l'acoustique et l'isolation ont été évidemment totalement refondées autour de tapisseries graphiques reprenant les décorations originelles. En clin d'oeil, de larges photos des temps anciens décorent les vestibules des grandes chambres.

Flotarium et salles de séminairesDevant le jardin qui sera bientôt plus ouvert sur la ville, le grand hall, inauguré en octobre 1929 en plein krach boursier, est toujours aussi majestueux en attendant d'être repeint. Son plafond lumineux sera démonté en avril pour être nettoyé et rénové. Le fumoir sera transformé en petite brasserie, le restaurant retrouvera ses colonnes en laque noire d'origine.

Un étage plus bas, les travaux les plus lourds concernent la construction des espaces bien-être (1.800 m2) puisqu'il n'y aura plus de thermes à proprement parler dans l'hôtel. L'ex-salon Gascogne, la boîte de nuit de l'époque, deviendra zone de bien-être, hammam et massages, ouverts à tous. A quelques pas du futur grand bassin à débordement en céramique verte sous 7 mètres de plafond, le flotarium avec son bain salé effet Mer Morte, se devine sous des voûtes en pierre, vestiges de l'ancien château fort...

Des groupes ont déjà fait des demandes de réservations, confie Jean-Claude Sarlin, directeur de développement du groupe Vacances Bleues qui exploitera les lieux. La ville, elle, a conservé la propriété de l'immeuble, investissant avec l'aide des collectivités 7M€ dans le projet pour un amortissement prévu sur 13 ans. La SCI Dax Le Splendid (PCB Invest + Caisse de dépôts et consignations) étant le principal investisseur avec 9,5M€.

Alors que Dax, doublée par Balaruc comme première ville thermale de France*, sera en juillet à trois heures de Paris avec la LGV, « l'idée est de faire du Splendid une locomotive pour le territoire, en complémentarité avec les Thermes de Jean Nouvel qui rouvrent en mars avec la famille Bérot », a souligné le maire Elisabeth Bonjean.

*l'agglomération dacquoise avec Saint-Paul-lès-Dax reste la destination thermale numéro un sur l'hexagone 

 

Splendid

Splendid

Splendid

Splendid

Splendid

Splendid

Splendid

(image du futur bassin à débordement)

0 commentaires

LE DIRE AVEC DES FLEURS

Télécharger
orchidees_vietnamCMP.pps
Présentation Microsoft Power Point 3.8 MB
0 commentaires

un peu de douceur pour cet hiver : la couette en plumes

CASTEX COUETTE

Créateurs et passionnés - Castex à DAX

Le 23 Oct. 2016

L’entreprise familiale landaise : une belle histoire de duvets et de plumes à raconter

Dis, tonton Presse Lib’, tu veux bien nous raconter une histoire ? Mais aujourd’hui, je la voudrais avec des plumes, c’est possible ? Voyons, voyons, les histoires d’Indiens se finissent mal, en général, pourraient dire les Rita Mitsouko. Ah, oui, mon ange, j’ai ça en magasin. Alors écoute. Il était une fois…


castex1C’était il y a longtemps. Tu n’étais pas né, et moi non plus, en 1870 pour être précis. A Dax, ville de rugby, un certain Alphonse Castex se met en tête de recycler les plumes des canards des alentours, dont on ne fait rien. Et des plumes de canard, ce n’est pas ce qui manque dans le coin-coin. Et le voilà s’échinant sur la matière, à tenter de la rendre plus douce, plus hygiénique. Tu imagines qu’à l’époque, si on ne manquait pas de bras, côté machines, c’était un peu la Bérézina… Oui, c’est un mot compliqué ; ça veut dire qu’il n’y avait rien, rasibus, quoi !


castex2Et puis Alphonse eut l’Idée. La belle, celle qui allait assurer sa fortune et celle de ses descendants. Bourrer de plumes et duvets de canards et d’oies les édredons, les traversins et les oreillers. La notoriété de Castex s’étend illico et dépasse les frontières des Landes, la petite entreprise devenue grande fournit dorénavant particuliers, tapissiers et décorateurs de renom, bien au-delà de la Chalosse.


COUETTE CASTEX 4Jusqu’à ce jour des années 80, lorsque s’impose la mode de la couette, une vraie bonne idée car non seulement elle tient chaud, mais au matin, on n’a pas à border son lit, comme le sergent me l’a appris à l’armée, et comme ta maman te le demande tous les jours, sans trop de succès. Quelques coups de la paume de la main, et le lit est impeccable, comme neuf. Un virage à prendre pour Castex, qui réussit sa reconversion et devient le roi de la couette. Vive le roi !


COUETTE CASTEX 5Depuis, l’entreprise ne finit pas de grandir. Avec Vincent Bourretère, c’est la quatrième génération qui est aux manettes et qui a su prendre le virage de l’exportation avec ses produits vedettes, oreillers, traversins, édredons, couettes et linges de lit, tout en continuant à vendre ses plumes neuves et ses duvets, comme on le faisait à l’origine.

Preuve que Castex correspond pile-poil-plume (ah, l’humour Presse Lib’ !) aux critères d’excellence, elle vient de recevoir le label « Entreprise du patrimoine vivant » la situant parmi les plus remarquables de France…


COUETTE CASTEX 3Et puis il faut que je te dise… Mais tu t’es endormi ! Fais de beaux rêves, mon enfant, dans ton monde tout douillet, entouré de plumes et de canards. Qui font coin-coin, oui. Bonne nuit, mon ange.

 

0 commentaires